01/09/2011

LETTRE OUVERTE AUX DIRIGEANTS DE LA REPUBLIQUE SOCIALISTE DU VIETNAM (RSVN) CONCERNANT LA MENACE ETRANGERE et LA FORCE DE LA NATION

Monsieur Le Président de la RSVN

Monsieur Le Président de l’Assemblée Nationale de la RSVN Monsieur Le Président de La Cour Suprême du peuple de la RSVN Monsieur le Premier Ministre et Le Gouvernement de la RSVN

Monsieur Le Secrétaire Général et le Bureau Politique du Parti Communiste Vietnamien

Messieurs,

Nous, les soussignés, des intellectuels de la diaspora, saisissions la présente pour vous présenter nos meilleurs compliments et vous adressons cette lettre ouverte pour vous faire part de nos réflexions franches et constructives face à la situation grave que traverse le Vietnam.

En premier lieu, nous souhaitons manifester notre soutien à la Proclamation du 25 Juin

2011 de 95 notables et intellectuels vietnamiens de l’intérieur qui y dénoncent et condamnent les Autorités de la République Populaire de Chine (RPC) pour leurs provocations répétées au large du Vietnam, en violation flagrante de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de notre pays. En même temps, nous approuvons la Pétition du 10 Juillet 2011 de 20 personnalités et intellectuels, également de l’intérieur, qui appellent l’Assemblée Nationale et le Bureau Politique du Parti Communiste Vietnamien à rendre public l’état réel des relations sino- vietnamiennes et insistent sur le besoin de refondre le système politique, de respecter les libertés et droits démocratiques du peuple afin d’être à même de réussir la tâche de protéger et développer le pays.

A notre avis, les deux textes précités représentent des voix courageuses et honnêtes des milieux intellectuels patriotiques du Vietnam que nous avons eu l’occasion de rencontrer depuis des années soit directement soit indirectement. Quant à nous, bien que vivant loin du pays depuis longtemps, nationaux vietnamiens ou citoyens des pays d’adoption, nous nous préoccupons toujours des heurs et malheurs de la patrie. C’est la raison pour laquelle nous soutenons les points de vue justes des notables et intellectuels de l’intérieur et souhaitons seulement exposer ci-après un certain nombre d’idées à titre complémentaire :

LA MENACE ETRANGERE :

Après le conflit sino-vietnamien de 1979 aux frontières septentrionales de notre pays, il ressort des documentations déclassées par le gouvernement même que les relations entre les deux pays voisins ne sont pas aussi bonnes que d’aucuns prétendent. Comme 30% de nos compatriotes ont accès à l’internet, l’information n’est plus le monopole de personne. Or, différentes et diverses documentations confirment que pour la RPC « le Vietnam est un

adversaire important qu’il faut subjuguer et annexer » (cf La Vérité sur les Relations Vietnamo-Chinoises durant les Trente Dernières Années, Ministère des Affaires Étrangères de la RSVN, 1979, page 11 – version francaise)

Ce point de vue transparaît clairement et se confirme à travers la stratégie constante de la RPC depuis presque 60 ans malgré quelques modulations tactiques selon les circonstances : trahir le Vietnam à la Conférence de Genève en 1954, empêcher le Vietnam d’entrer en pourparlers avec les Etats Unis en 1968, annexer par la force l’archipel des Paracels en 1974, déclencher, sans déclaration, la guerre aux frontières septentrionales du Vietnam en 1979 ; envahir et occuper par la force une partie de l’archipel des Spratleys en 1988. Même après la normalisation des relations entre les 2 pays en 1991, la RPC a mis en place une politique de désorganisation progressive de l’économie vietnamienne, de l’exploitation abusive de nos ressources, de complots d’assimilation culturelle et last but not least, de violations répétées de notre souveraineté nationale et de brutalités à l’encontre de nos pêcheurs en mer de l’Est (Mer de Chine méridionale).

LA FORCE DE LA NATION :

L’histoire du Vietnam comporte une expérience victorieuse de résistance, longue de plusieurs siècles, contre l’invasion étrangère, principalement du nord. Notre pays dispose de beaucoup de ressources naturelles, avec, entre autres, 20 millions d’hectares de bois et forêts et 3.500kms de côtes. Parmi sa population de 90 millions d’habitants, on compte plus de trois millions de diplômés universitaires et plus. Sa diaspora de plus de trois millions de personnes comprend plus de 300.000 diplômés universitaires et plus dont beaucoup sont professionnels, professeurs et dirigeants dans des universités et entreprises de premier rang du monde.

LA POSITION DU POUVOIR PUBLIC :

Après avoir dirigé, seul et pendant plus de 35 ans un pays réunifié, les tenants du pouvoir public devraient connaître, mieux que quiconque, les pires desseins de la RPC et la situation des plus dangereuses et difficiles que traverse le Vietnam. Force est de constater cependant que les récentes mesures de politique intérieure et extérieure du gouvernement ont paru malhabiles et contradictoires, contrairement aux attentes du peuple. Cette situation a affaibli, à l’évidence, la force nationale et il faudrait que le pouvoir public procède à un changement total tant au plan institutionnel qu’en celui des politiques si il veut être à même d’assurer la défense de la souveraineté nationale et le développement du pays.

QUE FAIRE ?

A la différence des agressions de l’Empire du milieu par le passé, la RPC du XXIè siècle a des raisons impératives et dispose de meilleures conditions pour « subjuguer et annexer » le Vietnam sans recours aux armes et pertes en vies humaines. Cependant, notre pays, bien que inférieur à la RPC en termes économique et militaire, bénéficie d’un atout majeur sans précédent historique à savoir qu’aucun pays libre et démocratique de par le monde ne voudrait voir une dictature telle la RPC violer impunément l’intérêt légitime ou le droit à l’auto-

détermination d’un autre état souverain et, partant, menacer la stabilité de la région et du monde.

Il est néanmoins clair aussi qu’aucun état ou alliance ne puisse aider notre pays si, au préalable, le gouvernement n’apporte pas la preuve qu’il a la volonté et la capacité pour défendre le pays et la nation.

Aussi, tenons nous à réitérer notre ferme soutien aux opinions justes et légitimes proclamées très récemment par des personnalités et intellectuels de l’intérieur. Nous formulons l’espoir que vous receviez, comme il se doit, cette importante contribution et mettiez bientôt en place un plan de route concret susceptible de recueillir le soutien et la confiance du peuple. Nous nous permettons de proposer que les points ci-après retiennent votre aimable attention lors de l’élaboration du plan de route :

1. LA RPC : Il est impératif d’affirmer publiquement et clairement la position vietnamienne concernant les archipels des Paracels et des Spratleys et la mer de l’Est (Mer de Chine méridionale) : tout différend doit être réglé sur la base du droit international et des preuves historiques. Il est non moins impératif de reconsidérer l’ensemble des relations sino-vietnamiennes et rectifier les décisions erronées du passé, causes du déséquilibre et de la dépendance injustifiée de notre pays à l’égard de la RPC dans différents domaines. Il faudrait insister sur la longue tradition de bonne entente entre les peuples Vietnamien et Chinois, en particulier les intellectuels progressistes afin de gagner leur soutien pour le combat commun pour la justice et l’égalité dans les relations entre les deux pays.

2. L’ASEAN et LES AUTRES PAYS : Il est de notre intérêt de continuer à développer les relations de coopération tant avec les membres de l’ASEAN qu’avec d’autres pays clés. Il est vital d’arriver à un consensus en ce qui concerne, d’une part, le refus collectif de la prétention de souveraineté de la RPC sur 80% de la Mer de l’Est (mer de Chine méridionale) et de l’autre, les négociations multilatérales sur les îles Spratleys avec la RPC. Pour ce qui concerne les îles Paracels, il faudrait gagner le soutien de l’ASEAN et d’autres pays pour négocier avec la RPC sur la base du droit international et des preuves historiques. Enfin, il faudrait susciter le consensus au sein de l’ASEAN afin d’obtenir le changement de l’appellation Mer de Chine en Mer de l’ASEAN dans le but de neutraliser, ne serait ce que partiellement, la demande de souveraineté injustifiée de la RPC et d’éviter la confusion des appellations géographiques diverses pour une mer commune.

3. LE PEUPLE VIETNAMIEN DE L’INTERIEUR : il y a lieu de modifier la constitution de la RSVN pour accélérer le processus de démocratisation sur la base de trois institutions entièrement indépendantes les unes des autres, à savoir : l’Assemblée Nationale et les organes représentatifs inférieurs ; les Tribunaux et les Administrations. Le droit de vote et le droit à se présenter à l’élection doivent être mis en exécution. L’Etat se doit de respecter les libertés citoyennes telles que prévues par la

Constitution et les conventions internationales ratifiées par le pays comme les libertés d’expression et de manifestation pour protester contre les agissements agressifs et brutaux des navires de la RPC en Mer de l’Est (Mer de Chine). Au nom de et pour la solidarité nationale, il faudrait rendre la liberté aux citoyens emprisonnés pour avoir agi sans violence pour la liberté, les droits démocratiques et la souveraineté nationale. Parallèlement, il faudrait réformer les systèmes légal, économique, financier, éducatif, médical…aux fins de faire reculer la corruption, réduire l’injustice, augmenter la capacité et protéger les ressources du pays. Il faudrait consulter des organes d’études et de recherches indépendants (tels que l’IDS qui a dû se dissoudre en 2009) durant le processus d’élaboration des politiques de niveau national et international.

4. LA COMMUNAUTE VIETNAMIENNE A L’ETRANGER : Il est impératif d’adopter des mesures radicales pour obtenir une meilleure participation de la diaspora à la défense et à la construction du pays. Par exemple : reconstruire sans conditions le Grand Cimetière de Biên Hoà (des Forces Armées de la défunte République du Vietnam), aider le programme de recherche des restes de ceux qui sont morts dans les camps de rééducation et s’abstenir d’intervenir dans l’érection des monuments à la mémoire des boat peoples morts dans certains pays membres de l’ASEAN. A notre avis, de telles mesures constitueraient les premiers pas indispensables d’un processus correct et sérieux pour mener à bien l’œuvre de réconciliation nationale.

Force est de constater que malgré les appels lancés par le pouvoir public depuis des années, la contribution de la diaspora en matière grise reste encore insignifiante : on totalise à 500 par an les retours d’experts et d’intellectuels en missions de transfert technologique sur un total de plus de 300.000 diplômés estimés.

A notre avis, il y a deux raisons principales à cette situation : (1) Non seulement les institutions actuelles du pouvoir n’inspirent pas confiance à la population à l’intérieur, elles constituent de surcroît le plus grand obstacle pour la contribution des intellectuels de la diaspora à l’objectif que le gouvernement lui-même a affiché à savoir « un peuple riche, un état fort, une société équitable, démocratique et civilisée ! » (2) La suspicion et le manque de confiance à la bonne volonté des intellectuels de l’étranger restent répandus au sein d’une partie importante des dirigeants du pays.

Heureusement, la diaspora dispose encore de pas mal de moyens pour mener des études et recherches et des actions afin de trouver des solutions favorables au Vietnam telles des campagnes pour mobiliser le soutien des gouvernements étrangers et de l’opinion publique en faveur de la position vietnamienne. Dans la réalité, certains experts de l’intérieur ont travaillé avec leurs partenaires de la diaspora dans ce sens et leurs actions communes ont abouti à des résultats positifs dans le cas de la Mer de l’Est (Mer de Chine du sud) et du Mékong.

Face à la stratégie invariable de la RPC à l’encontre du Vietnam et devant son ambition expansionniste et hégémonique qui se fait plus clair chaque jour davantage, la patrie et le peuple exigent que vous fassiez le maximum pour développer la force nationale et l’union des

vietnamiens de l’intérieur et de la diaspora en ce moment extrêmement dangereux pour notre nation.

Nous, soussignés, souhaiterions ardemment que vous, détenteurs du pouvoir public, saisissiez avec courage, l’occasion unique qui se présente pour réaliser une grande révolution démocratique totale, édifier un gouvernement vraiment du peuple, par le peuple et pour le peuple afin de porter notre patrie commune, le Vietnam, à la place qu’il mérite parmi les nations de la région et la communauté internationale.

Dans cet esprit et avec cette espérance, nous vous prions, Messieurs, d’agréer nos salutations respectueuses.

Le 21/8/2011. Signatures :

Nom & Prénoms Profession Pays de résidence

01 M. DOAN Quôc Sy Professeur et écrivain USA

02 M. DINH Xuân Quân Dr en Economie USA

03 M. DOAN Thanh Liêm Avocat USA

04 M. HÔ Bach Thao Professeur et chercheur en histoire USA

05 M. LÊ Thanh Minh Châu Assistant Vice Recteur, Université de USA Notre Dame, Indiana

06 M. LÊ Xuân Khoa Ancien vice recteur de l’Université de USA Saigon, ancien Président de SEARAC

07 M. LÊ Trong Quat Avocat France

08 Mme NGHIÊM Phuong Mai Biologiste et educateur Canada

09 M. NGÔ Dinh Long Ingénieur nucléaire, Cie Bechtel USA Ancien directeur du Centre de recherche

Nucléaire de Dalat, ancien Directeur Adjoint

de l’Ecole de politique et de gestion,Uni de Dalat

10 M. NGUYEN Thê Anh Prof Emérite Ecole Pratique des Hautes France

Etudes, Paris-Sorbonne ; ancien Prof Fac

De Lettres, Uni de Saigon

11 M. NGUYÊN Quôc Dung Avocat, NY Bar Association USA

12 M. NGUYEN Pham Diên Chercheur en histoire Australie

13 Mme. NGUYEN Thi Ngoc Giao Présidente Voix des Vietnamo-americains USA

14 M. NGUYEN Duc Hiêp Dr en Ecologie, spécialiste en climatologie Australie

15 M. NGUYEN Ngoc Linh Ancien Prof, Uni de Dalat et de Cuu Long USA

16 M. NGUYEN Phuc Quê Médecin France

17 M. NGUYEN Thai Son Conseiller scientifique et diplomatique de France l’Académie de Géopolitique de Paris

18 M. NGUYEN Huu Xuong Ancien Prof Sciences, Uni de Cali, San Diego USA

19 Mme. PHAM Hông Công Pharmacienne Canada

20 M. PHAM Phan Long Ingénieur Conseil USA

21 M. PHAM Xuân Yêm Directeur de recherche/CNRS et Uni Paris VI France

22 M. PHAN Tân Hai Ecrivain et chercheur en bouddhisme USA

23 M. PHUNG Liên Doan Docteur en Physique nucléaire et fiduciaire USA

du Centre de promotion et de l’autonomie

24 M. TA Van Tài Avocat, ancien membre des Facs de droit USA

au Vietnam et à Harvard

25 Mme. TANG Thi Thanh Trai Prof titulaire Uni de droit, Uni de Notre Dame USA

26 M. THAI Van Câu Specialiste en science de l’Espace USA

27 M. THAI Công Tung Expert Gouv Canadien en agriculture Canada

Ancien prof Uni Agro de Saigon

28 M. TRAN Dinh Dung Ingénieur Chimie et Environnement USA Directeur Association Ecologie Viet

29 Mme. TRIEU Giang Journaliste USA

30 M. TRINH Hôi Avocat USA

31 M. TRUONG Huu Luong Juriste France

32 M. TRUONG Hông Son Dr Es Sciences, ancien expert de la NASA USA

33 M. TRUONG Bôn Tài Dr en gestion, Prof Uni de Phoenix, Cali USA

34 M. VU Gian Expert financier et bancaire, ancien consultant Suisse

Aide Min Economie Suisse

35 M. VU Khanh Thành MEB Directeur An Viet U.K; ancien Elu Londres U.K.

Membre de l'Empire Britannique

36 M. VU Quôc Thuc Ancien Prof Fac Droit Paris XII, ancien France

Doyen Fac Droit Saigon et ancien Direct

Ecole de Droit, Uni de Hanoi.

Courriel: thungo2108@gmail.com